Il semblerait que je me sois encore lancée dans quelque chose qui me dépasse…

Il y a quelques années, j’ai entrepris une des quêtes dont on ressort forcément différent. On ne sait pas combien de temps cela prendra, ni ce que l’on devra traverser, ni même si l’on en ressortira victorieux. Mais, humble face à la tâche, on s’y attelle.

Coûte que coûte.

Concernant LA recette de muffins, MA recette de muffins, je cherche encore. Le chemin s’est avéré semé d’embûches, de désillusions, en témoignent ces quelques reliques du passé.

°

°

Et voilà que les cookies me jouent le même tour perfide. L’air innocents, trop faciles? Et pourtant… Inaccessibles?

Mais ayant survécu aux violents orages de la veille, je me sens invincible. Prête à relever n’importe quel défi!

°

°

Technique

Pour ceux-ci, j’ai utilisé la recette suivante.

J’ai ajouté des raisins secs. J’ai mis une grosse pincée de levure et 120g de beurre au total (pas de margarine). Voilà pour les modifications.

Pour la cuisson, j’ai cuit par plaque. J’ai étalé (à la main) la pâte à cookie, appliqué mon tampon. A la sortie du four, j’ai dégainé mes découpoirs. L’avantage de cette méthode c’est que l’on peut faire toute forme, toute taille, sans se soucier de la différence de cuisson, et du coup, par forme, les cookies ont tous la même taille. L’inconvénient c’est que les bords ne sont pas nets (surtout avec une recette contenant des flocons d’avoine, et des raisins secs…).

Si c’était à refaire, j’appliquerais du jaune d’oeuf pour mettre en valeur un plus le motif du tampon.

Enfin pour napper les cookies, j’ai fait fondre le chocolat (lait/miel pour moi) au bain marie (en posant le cul de poule en inox sur ma casserole d’eau bouillante), en ne dépassant pas 45°. Et j’ai trempé le dessous des cookies. J’ai retiré l’excédent avec une spatule.

Pour les puristes, suivez les indications de tempérage du chocolat, qui apportera une jolie brillance. Pour ça, utilisez un chocolat de couverture, car il contient suffisamment de beurre de cacao.

°